Sexe à la campagne Machine à un sexe

sexe à la campagne Machine à un sexe

..

Le sexe vid amateurs de video sexe




sexe à la campagne Machine à un sexe

..



Le sexe musulman sexe en nylon


Le débat a été déclenché il y a quelques semaines par Barack Obama. L'administration américaine a annoncé que les hôpitaux, les écoles et les universités affiliés à une organisation religieuse devaient fournir à leurs employés qui ne sont pas tous croyants et membres d'une église une assurance santé qui couvre les frais de contraception. Ce qui a provoqué la colère des dirigeants catholiques, notamment, qui estiment que cette mesure va à l'encontre de leur conscience.

L'administration a fait machine arrière et accepté un compromis. Ce sera donc aux assureurs, et pas aux employeurs, d'assumer la prise en charge des frais. Les républicains se sont aussitôt emparés de l'affaire, clamant que c'était une atteinte à la liberté religieuse.

Ils ont transposé la bataille au Sénat en essayant de faire voter un amendement qui aurait permis à tout employeur de refuser de payer le remboursement des frais de contraception au nom de principes moraux. Rush Limbaugh , un animateur de talk-show conservateur, a rajouté de l'huile sur le feu. Dans son émission de radio écoutée par plus de 14 millions d'Américains, il a traité Sarah Fluke, une étudiante qui venait témoigner au Congrès sur les coûts de la contraception, de "salope" et de "prostituée".

On veut que vous postiez des vidéos en ligne, comme ça on pourra tous regarder", a-t-il déclaré. Courageusement, Mitt Romney, le favori à l'investiture républicaine, n'a pas pris part au débat, se contentant de dire: Ce n'est pas OK.

C'est une licence pour faire des choses dans le domaine sexuel qui sont contraires à ce que les choses sont censées être. C'est d'autant plus délirant que les républicains sont les premiers à crier contre l'État Big Brother qui, disent-ils, s'immisce constamment dans la vie privée par ses lois et ses réglementations contraignantes.

Mais les conservateurs ont mal calculé leur coup. Car leur croisade anti-contraception s'est retournée contre eux. Même dans leur propre camp, il y a eu des protestations. Une enseignante à la retraite confiait au New York Times: Si les candidats républicains " se mettent à décider des questions de sexualité féminine, je ne vais voter pour aucun d'entre eux.

C'est un sujet qui ne concerne que nous". Électoralement, l'attaque contre la pilule semble la dernière des idioties. Ensuite parce que cela a fait remonter la cote de popularité de Barack Obama auprès de l'électorat féminin.

Du coup, Romney et Santorum essaient de calmer le jeu. Mais les démocrates, trop contents, ne lâchent pas le morceau. Ils les accusent de mener "une guerre contre les femmes". La vraie bataille, pourtant, se situe au niveau des États où de plus en plus de lois grignotent les droits de la femme.

En Arizona, un projet de loi autorise tout employeur à refuser de payer les frais de contraception si c'est contraire à ses opinions religieuses. Plus choquant, si une salariée veut se faire rembourser la pilule, elle doit prouver à son employeur qu'elle la prend pour des raisons médicales, comme l'acné et non pas pour éviter une grossesse.

Mais c'est surtout à l'égard de l'avortement que les lois se durcissent. The Guttmacher Institute estime qu'environ projets de loi anti-avortement ont été déposés cette année au niveau local, à peu près autant qu'en L'an dernier, 83 de ces mesures sont devenues des lois, plus du triple de Cela est dû principalement aux élections législatives de et à l'arrivée d'élus républicains très à droite. Elle existe dans les légendes et la science-fiction. Elle fait partie de notre histoire écrite et de notre avenir imaginé.

Écrit en , ce texte a été prémonitoire en termes de réflexion sur la sexualité artificielle. Cela concerne également la société tout entière, depuis des siècles. Les pratiques sociales fondées sur ce manque de transparence ont été très dommageables. Pour comprendre ce que sont réellement les robots sexuels, il faut aller bien au-delà de la définition donnée par Richardson: Pensez à ces objets de tous les jours: Une machine est une feuille vierge qui nous offre la possibilité de replacer nos idées dans un autre contexte.

Pourquoi donc un robot sexuel devrait-il être binaire? En outre, les robots sexuels pourraient aller au-delà du sexe. Pas uniquement pour des thérapies personnelles des robots compagnons ou soignants sont déjà utilisés , mais aussi pour traiter ceux qui enfreignent la loi.

La réalité virtuelle a déjà été testée en psychologie et a été proposée comme un moyen de traitement des délinquants sexuels. Sous réserve de considérations éthiques, les robots sexuels pourraient être un moyen valable de poursuivre dans cette approche. Ainsi, faire campagne contre le développement des robots sexuels est une position à courte vue.

Les machines sont ce que nous en faisons. Faire campagne contre les robots tueurs est une chose, mais la même contre les robots sexuels?

sexe à la campagne Machine à un sexe